12/05/2017

Eveil

"L'histoire n'a pas encore fait sa pâque."

Annick de Souzenelle

2.jpg


Devant cette étrange impression que tout est désormais faussé, nous avons le choix.

Nous pouvons rester les bras croisés et assister sans brocher à la déconstruction de ce qui est le coeur même d'une civilisation ou nous pouvons agir, en conscience.

Qu'est donc le coeur d'une civilisation ? Je veux parler ici du « bon sens ».

Le « bon sens » est une aptitude étroitement liée à celle de l'intelligence humaine. Cette intelligence dort en l'être humain jusqu'à ce qu'elle se réveille et puisse entrer en action de façon constructive, mue par une force reposant sur la connaissance.

Cet éveil de conscience peut se faire à tout âge et ne tient aucunement compte des nationalités. Car l'être humain est le même, partout sur la planète. Il est composé des mêmes éléments et ressent les mêmes émotions, désirs et besoins.

Aujourd'hui, l'humanité dans son ensemble est arrivée au point où il lui est demandé de prendre ses responsabilité face aux actions des personnes en charge de la gouvernance des pays.

Choisir de rester passifs, hypnotisés par les ondes et par des paroles reposant sur des mensonges ne conduit nulle part, si ce n'est à répéter les mêmes scénarios aussi longtemps que nécessaire.

Car l'énergie créatrice dont l'être humain est issu ne connaît pas d'états d'âme. Elle est, simplement. Elle vit et agit à travers chacun de nous et se met à notre disposition. Nous sommes libres de l'utiliser comme bon nous semble.

Aussi longtemps que nous n'utiliserons pas le pouvoir qui réside en nous afin de faire face aux agissements perpétrés au nom du bien commun, nous consentirons au maintien du déséquilibre que nous connaissons aujourd'hui.

Qui plus est, plus nous restons tacites et consentants, croyant manquer de pouvoir, plus les actions manipulatrices seront importantes et lourdes de conséquences.

Agissons maintenant, dans le moment présent. A chaque instant.

L'énergie cosmique suit son propre rythme, dynamisée par les mouvements planétaires et il serait faux de croire que l'être humain détient le pouvoir sur elle.

Au contraire. Rien ne peut s'opposer à cette énergie puisqu'elle est cette force première à l'origine du Tout.

Cette énergie peut se mettre à notre service pour servir ce que nous estimons être important pour la sauvegarde et le maintien des valeurs fondamentales d'une civilisation.

Il ne sera jamais trop tard. Ceci est une autre illusion destinée à nous maintenir dans la peur. Aussi longtemps que nous restons convaincus que le pouvoir appartient aux autres, nous alimentons cette énergie de permissivité et de passivité.

Il est temps de se lever collectivement comme une seule voix en unissant la volonté du coeur.

Car c'est par lui que tout passe. Le coeur n'est pas un simple organe assurant les fonctions vitales, il est un portail énergétique permettant la transmutations des énergies lourdes, de basses fréquences. Par lui, tout est possible.

Si nous ne le faisons pas pour nous, faisons le pour tous ces êtres qui veulent vivre dans un monde basé sur des valeurs saines, respectueuses de la vie.

Le temps presse mais tout peut être reconstruit à partir d'une volonté commune unie pour le même idéal, celui de retrouver la souveraineté sur notre planète.

 

08:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | | Pin it!

Commentaires

Mais nous le faisons, à chaque instant. C'est juste que ce travail du coeur ne passe pas par les canaux mentaux et ne se traduit pas en action mesurable.
C'est aussi une question de confiance. Pour que le coeur exprime au mieux son potentiel, il s'agit de relativiser notre perception des déséquilibres et observer que l'homme est miraculeusement toujours là, après des millions d'années d'errance.
Alors relax Max, cool Abdul. Les gouvernements passent, le politique s'essouffle et la conscience est bien présente dans le coeur de chacun.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/05/2017

Bonjour Pierre, merci pour votre commentaire. Restons zen et confiants !

Écrit par : Myriam Hagen | 14/05/2017

Rester zen et confiants... selon où... qui... quoi... et dans quelles conditions de vie?

Les évangiles font dire au Christ que tant que nous ne savons pas ce qui se passe ou ne ressentons pas qu'il y a faute nous sommes innocents.
Au courant, conscients si faute/s il y a, coupables.

Concernant la guerre en Irak, par exemple, confortablement assis devant nos petits postes de télévision, ou ordis, nous étions au courant de l'avis négatif de l'ONU

avons-nous réagi!?

N'y avait-il rien à faire!

On s'abstient d'aller voter sous prétexte ou comme justification, en évoquant les élus: "De toutes manières ils font ce qu'ils veulent"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/05/2017

Les commentaires sont fermés.