02/05/2016

Advaïta

 

"Effleurer le Souffle de Vie Cosmique et le sentir palpiter à travers nous est comme sentir les ailes d'un papillon s'envoler avec Grâce vers les confins de l'Eternité."

 

ange11.jpg


Au milieu du désert entourant la ville de Samarcande, deux pèlerins se rencontrèrent au hasard de leur cheminement.

Ils se saluèrent et s'assirent un moment pour échanger quelques paroles.

L'un d'eux demanda :

- Que fais-tu dans ce désert ? Est-ce que tu cherches le bonheur ou la vérité ?

- Ni l'un, ni l'autre, répondit le pèlerin. Je cherche à comprendre les choses de la vie.

Il se baissa pour ramasser un peu de sable qu'il fit couler entre ses doigts. Se relevant, il demanda à son tour:

- Et toi ? Que recherches-tu ici ?

- Moi, répondit l'autre pèlerin, je cherche la paix.

Son interlocuteur acquiesça en silence.

Le soleil était déjà parvenu au bout de sa course et ses rayons se faisaient de plus en plus doux.

Un des pèlerins offrit un peu d'eau à son ami de route.

- Et tu voyages depuis longtemps ? lui demanda-t-il en versant l'eau dans un gobelet en étain.

- Oui, répondit-il. J'ai quitté la civilisation depuis trois mois environ.

- Et qu'en est-il de ta recherche ? As-tu compris ce que tu cherchais à comprendre ? 

- Il me semble que la compréhension des choses s'installe peu à peu dans mon esprit. Ma foi, je ne suis sûr de rien, mais ma quête me mène assurément à mon but.

- Et qu'as-tu donc compris ?

- Eh bien, que l'essentiel de la vie se résume à peu de choses. Le silence et la solitude qui m'ont accompagné m'ont beaucoup appris, à savoir que l'essence même de la vie était de ne faire qu'un avec soi-même et avec ce qui nous entoure. Et, ajouta-t-il, de vivre en son coeur l'instant présent. De ne surtout pas gaspiller son énergie en pensées négatives sur le passé et le futur qui, tous deux n'existent plus et pas encore.

- C'est intéressant, répondit son compagnon.

- Et que t'a amené ta recherche de la paix ? lui demanda l'autre.

- Oh, dit le pèlerin, songeur. La paix... Comme je l'ai cherchée longtemps avant d'entreprendre ce voyage ! Et depuis que les étoiles me guident et que j'ai le vent et le soleil pour compagnons, il m'est apparu que la paix est uniquement un sentiment intérieur à intégrer et à développer en soi.

Les deux compagnons restèrent silencieux, chacun buvant l'eau de leur gobelet. Désormais, le soleil s'était couché et les étoiles commençaient à scintiller dans le ciel.

- Regarde, dit l'un, comme ce spectacle est magnifique.

- Oui, répondit l'autre. Parfois, il me semble pouvoir entendre la mélodie de la vie qui se dégage de ces dunes et du ciel au-dessus de nous.

Tous deux contemplèrent en silence la voûte céleste scintillante de mille feux. Puis l'autre pèlerin ajouta :

- Ce silence est tellement empli de richesse. Une richesse que je ne pouvais trouver en ville. Il m'a fallu ce dépouillement complet pour retrouver les racines et les ailes qui me faisaient défaut dans ma vie citadine de tous les jours.

Les deux hommes gardèrent encore un moment le silence, puis se relevèrent chacun à leur tour.

- Eh bien, dit l'un. Je te souhaite bonne route, cher ami ! Peut-être nous retrouverons-nous en ville, qui sait ?

- Oui, qui sait ? Peut-être nous reverrons-nous. Et grande sera notre joie de partager nos expériences avec ceux qui sauront ouvrir leur coeur à leur richesse intérieure !

Sur ces paroles, les deux pèlerins se saluèrent et continuèrent chacun leur chemin.


 

15:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.